La Suède

4  au 18 mai 2010.

MARDI 4 MAI 2010

Nous abordons la traversée du détroit par un tunnel de 4 km environ, puis sur une île artificielle de 4 km et enfin par un pont de 8 km qui nous amènera à Malmö. En chemin nous admirons un champ d'éoliennes off-shore.

Le péage se trouve à l'extrémité suédoise du pont. La jolie suédoise (ça commence bien) dans la cabine évalue la longueur du CC à l'œil (le tarif évolue fortement à partir de 6m de long).

Elle me dit: « more 6? ». Je lui réponds « under 6 » et pour prouver ma bonne foi je lui sors la feuille des mines soigneusement préparée à l'avance et sur laquelle j'ai surligné la longueur: 5,99 m.

Ça la fait sourire et elle nous fait payer le bon tarif.

On n'avait plus de DKK et pas encore de monnaie suédoise (SEK) alors on a payé en euros (les 3 monnaies sont acceptées).

Et nous voici en Suède!

Après quelques kilomètres vers Malmö nous déjeunons sur un parking face à la mer, puis nous gagnons le centre ville pour une courte visite. Sur le chemin nous prenons en photo une étrange tour moderne la Turning Torso, plus haute tour de Suède, qui semble chatouiller les nuages.

Premier souci: trouver de l'argent. Ici ce sont des SEK (SE pour Suède et K pour Kronor). Oui, ce sont aussi des couronnes qui ont cours ici, mais pas les mêmes qu'au Danemark (pourquoi faire simple?). Le cours du change est environ de 10 SEK pour 1 €. Ça va être facile.

Je trouve un distributeur à la gare centrale et muni de nos précieuses couronnes nous visitons rapidement la ville.

Malmö est une grande ville moderne (la 3ème du pays) qui a gardé un petit centre ancien.

Nous constatons que les restaurants sont pleins (il est 18 h, l'heure du repas chez les suédois).

A cette heure-là il ne fait plus chaud, surtout qu'un vent froid s'est levé, mais les dîneurs sont installés...en terrasse!

Pour supporter ces basses températures, ils sont protégés par de grands parasols, les terrasses sont entourées de vitres et il y a un chauffage de terrasse tous les 2 m. De plus quand vous arrivez, une couverture vous attend sur le dossier de chaque chaise pour mettre sur les jambes ou sur les épaules. Une brusque bourrasque et une averse soudaine nous font abréger la visite et rejoindre le CC.

Nous partons vers le sud à la recherche d'un emplacement pour la nuit, en Suède le stationnement nocturne étant librement autorisé, et c'est à Höllviken que nous trouverons un vaste parking en bord de mer où il y a déjà un CC installé.

Nous y passons une bonne nuit.

 

Nous avons fait 133 km aujourd'hui (total 3267 km). Höllviken, parking (N55.39913, E12.94628).


Mercredi 5 mai 2010

Beau temps mais vent frais.

 

Aujourd'hui on prend notre temps, après les jours derniers un peu speed.

Départ à 11 h après avoir fait une petite balade aux alentours.

Nous prenons la route et longeons la mer jusqu'à Ystad, petite ville à caractère médiéval.

 

Nous visitons la ville, faisons quelques courses et nous allons sur un parking herbeux en bord de mer pour déjeuner.

L'endroit nous plaît, on n'est pas pressés, alors on décide de rester là toute l'après-midi et la nuit prochaine.

Il y a déjà 2 caravanes et 2 CC installés, mais il y a beaucoup de place et on n'est pas les uns sur les autres.

Dans la soirée nous faisons un aller et retour au Mac Do proche pour bénéficier de la connexion wifi sur le parking.

 

Nous avons fait 73 km aujourd'hui (total 3340 km)Ystad, aire autorisée (N55.42478, E13.78812).


Jeudi 6 mai 2010

Temps gris et froid. Beaucoup de vent.

 

Ce matin il fait plutôt frisquet: 4° à 8 h.

On attend que le CC se réchauffe avant de se lever!

On est quand même vite prêts puisque nous décollons à 9 h 45.

Nous allons à Ales Stenar, encore un tombeau viking en forme de navire.

Il y a la falaise à gravir et Mireille ne se sent pas de taille, surtout que le vent est très fort. J'y vais seul.

Ce site est impressionnant. D'abord par ses dimensions car il mesure 67 m de long et 19 m de large, ensuite par sa situation en haut d'une falaise, tourné vers la mer.

On ne peut que rester perplexe devant ce monument, les efforts qu'il a fallu déployer pour lever ces pierres et la signification de ces alignements.

Pendant que j'étais plongé dans mes réflexions philosophiques, Mireille a profité pour faire le tour de la pêcherie locale où elle a acheté du poisson fumé qui fera le délice d'un prochain repas.

Nous repartons voir la plage de Sandhammaren, réputée une des plus belles plages de Suède.

Ouais... les nôtres sont plus belles encore!

Nous entrons un peu dans les terres pour aller admirer la forteresse de Glimmingenus et nous revenons vers la côte pour déjeuner sur le parking d'une ferme de Scanie à Baskemölla.

Nous longeons la côte par Kivir et rentrons à nouveau dans les terres pour voir le château de Vittskövle.

Nous regagnons la côte pour chercher un endroit pour la nuit que nous trouvons à Nogersund, tout au bord de la mer, mais au bout d'un quart d'heure les bourrasques de vent nous dissuadent de rester et nous entrons nous abriter sur un petit parking dans le village à l'abri du vent.

 

Nous avons fait 221 km aujourd'hui (total 3561 km)Nogersund, (N56.00542, E14.73917)


Vendredi 7 mai 2010

Temps gris et froid. Toujours beaucoup de vent. Un peu de bruine.

 

On a quand même bien dormi malgré le vent, l'endroit où nous étions était calme.

Nous nous mettons en route tôt (9 h 15) et nous partons flâner sur les petites routes qui suivent la côte. C'est très joli, les maisons sont pimpantes, elles sont presque toutes en bois, la majorité peintes en rouge, beaucoup aussi en jaune et quelques-unes de couleurs vives.

  

Nous passons par Karlshamn, port important où il y a un office du tourisme où nous obtenons une carte des aires de stationnement sur les routes de Suède.

Nous poursuivons notre route côtière jusqu'à Ronnebyhamn, mignon petit port en face duquel se trouve une petite île (Ekenas?) sur laquelle se trouvent une trentaine de villas anciennes remarquables.

En rejoignant le CC Jacques constate que le clignoteur avant gauche pend lamentablement au bout de son fil électrique. On craint la casse, mais il n'est simplement tenu que par un ressort qui s'est décroché. La faute peut-être aux nombreux ralentisseurs que l'on trouve en chemin. La réparation est vite faite et on repart pour Karlskrona.

Nous déjeunons sur un parking pavé face à la rade.

Le vent souffle toujours.

Il devient urgent de faire les services aussi, grâce à la carte glanée ce matin, nous allons directement à une aire à Bröms (N56.32226, E16.03390) où nous trouvons de quoi faire les vidanges, mais pas d'eau propre. Le plus urgent étant fait, nous continuons directement vers Kalmar par la E22.

Avec étonnement nous apercevons notre premier panneau "Attention Elans", car nous ne pensions pas qu'il y en avait aussi au sud de la Suède.

A Kalmar les aires de stationnement repérées se révèlent impraticables à cause du vent qui souffle maintenant en tempête et après avoir cherché un parking abrité, nous trouvons un emplacement où on sent quand même le vent, mais on espère que ça ira.

On vous dira ça demain matin.

 

Nous avons fait 241 km aujourd'hui (total 3802 km)Kalmar, parking

 


Samedi 8 mai 2010

Temps gris et froid. Moins de vent. Bruine.

 

Pour une fois la nuit n'a pas été calme!

On vous l'a dit hier, le vent nous a empêché de nous mettre sur un parking de bord de mer alors on s'est rabattu sur un parking de ville, un peu à l'écart.

Mais c'était sans compter que ce parking était sur le trajet des jeunes qui rejoignent le centre ville et nous ne pensions plus que nous étions vendredi, première soirée du week-end.

Tout se passait bien jusqu'à 22 h 30, on avait fini de manger et on terminait notre partie de Yam's.

Soudain quelques jeunes, peut-être avinés, sont passés en braillant (en suédois, mais il n'est pas nécessaire de connaître la langue pour deviner le genre de conversation).

Ils ne nous ont pas agressés, rassurez-vous, mais cet avant-goût de ce qui risquait de se produire au fil de la nuit, nous a dissuadés de rester à cet emplacement.

En 3 minutes on était prêts au départ.

Jacques a pointé un village au hasard sur le GPS en se disant qu'on serait bien mieux en campagne qu'en ville.

Après 10 mn de route nous sortons de la E22 qui est une route à grande circulation, pour errer dans la campagne guidés par le GPS.

La nuit dans la campagne suédoise, c'est joli: chaque maison a des petites lampes aux fenêtres, ou une lanterne extérieure allumée. On se croirait à Noël.

De lumière en lumière le GPS nous conduit par des petites routes bordées de murets de pierres sèches jusqu'à... rien.

Quand il nous dit qu'on est arrivés, il n'y a pas de maison, on est en plein bois.

Alors on continue pour trouver un emplacement correct pour finir la nuit.

Trouver un emplacement de jour c'est déjà pas très facile, alors dans l'obscurité!

Les routes sont de plus en plus petites, on roule doucement quand tout à coup Mireille crie: "STOP! Y A LA MER!"

Je m'arrête et effectivement nous sommes sur une plate-forme de 10 m de diamètre, avec la mer devant et sur le côté!

J'effectue un demi-tour prudent et nous décidons de rester ici.

Je me recule un peu sur le chemin pour ne pas être trop près de la mer, et nous passerons la nuit ici, un peu penchés, mais au calme.

  

Pour notre bonheur le vent se calme mais la pluie prend le relais.

Au matin nous irons explorer notre environnement. En fait, sans faire exprès, nous avons trouvé un bon emplacement pour la nuit!

Pas rancuniers, nous repartons pour Kalmar voir le château qui est très beau.

Paraît-il un des plus beaux de Suède et un des plus historiques aussi puisqu'il a été le théâtre de la signature d'un traité d'alliance entre les pays scandinaves.

Nous allons ensuite sur l'île d'Öland qui est un peu à la Suède ce que l'île de Ré est à la France.

C'est un pont de 6,5 km qui relie l'île au continent, mais comme le vent, même s'il ne souffle plus en tempête, est quand même puissant, c'est à vitesse réduite que nous le franchissons. La visibilité étant assez réduite, nous ne profitons pas du paysage qui doit être beau autour de nous.

Nous descendons vers le sud par un tas de petits ports. Nous sommes frappés par le nombre de vieux moulins à vent qu'il y a ici.

  

A la pointe sud se dresse le plus haut phare de Suède au milieu d'une réserve naturelle.

Avec les jumelles nous pouvons observer à loisir une colonie de phoques (au moins une trentaine) paresseusement installés sur des rochers ronds à quelques dizaines de mètres du rivage.

Ayant atteint la pointe sud nous remontons vers le nord, nous voyons en passant le site de Eketorp, village reconstitué où ont été retrouvés des vestiges du IVe au XIVe siècles, et c'est à Torngård, sur un petit parking isolé tout près de la mer que nous nous posons pour la nuit.

Il y a déjà 2 CC suédois. Je bavarde avec un promeneur suédois qui parle un peu le français et il me dit que ces températures (ça n'a pas dépassé 6° aujourd'hui) sont exceptionnelles. On ne demande qu'à le croire, mais vivement que ça s'arrête. Le vent est tombé, la pluie s'est arrêtée, c'est déjà ça.

L'endroit paraît calme... Pourvu que ça dure!

 

Nous avons fait 151 km aujourd'hui (total 3953 km)Torngård, parking nuit (N56.33163, E16.54266).

 


Dimanche 9 mai 2010

Temps gris mais sec. Les températures remontent (un peu).

 

Excellente nuit dans ce paradis des ornithologues. Hier soir et ce matin nous avons vu des promeneurs armés de longues-vues arpenter la lande en observant les oiseaux de mer qui sont nombreux dans les îles à quelques centaines de mètres de la côte.

  

La mer Baltique est curieuse. On dirait un lac tant ses eaux sont calmes. Bien sûr quand il y a du vent comme lors de ces derniers jours, elle est plus agitée, mais ce sont de courtes vagues.

Il y a une marée de faible amplitude (un peu comme en Méditerranée). Aujourd'hui que le vent est tombé, c'est une mer d'huile.

Après une petite promenade dans les landes qui bordent la mer, nous partons poursuivre notre découverte d'Öland. Arrêt en cours de route pour acheter des confitures et pour prendre quelques photos d'églises ou de moulins.

En chemin, et depuis le début de notre voyage, nous voyons de nombreux faisans et des lièvres dans les champs quand ce n'est pas sur la route!.

  

Nous nous arrêtons à Kårehamn sur un minuscule port pour déjeuner.

Nous avons la surprise de constater qu'il y a possibilité de stationner la nuit en se branchant sur l'électricité pour 140 SEK (15 €). Nous retenons l'adresse pour une éventuelle étape ce soir puisqu'après être allés jusqu'à la pointe nord, nous repasserons très près d'ici.

On va ensuite voir un moulin à 8 étages à Sandvik et une ancienne église médiévale fortifiée un peu austère, à Källahamn.

  

Enfin nous allons à Böda voir les plages de sable blanc appréciées des Suédois.

On arrive au port où nous trouvons une aire de services complète et gratuite. On profite d'un tuyau d'arrosage sur le port pour laver sommairement le CC et on s'installe sur une plate-forme, face à la mer, où sont installées 10 prises électriques. Essai internet: ça marche!

On décide de rester pour la nuit, on pourra mettre le blog à jour et recharger toutes les batteries. Les plages de sable blanc, ce sera pour demain.

 

Nous avons fait 138 km aujourd'hui (total 4091 km)Böda, port (N57.23917, E17.07363).

 


Lundi 10 mai 2010

Temps gris le matin et soleil (enfin) l'après-midi.

 

On était très bien sur ce petit port de Böda.

De la fenêtre du CC on a pu observer plein d'oiseaux: avocette élégante, canards tadornes de Belon, grand gravelot, etc.

C'est pas qu'on soit super-doués en ornithologie, mais on a des jumelles et des bouquins!

On croyait l'aire gratuite, mais hier soir le responsable est venu percevoir le montant du stationnement (140 SEK=15 €) et nous a donné le code pour accéder aux douches. Ce qui fait que nous avons eu la totale: eau, vidanges, douches chaudes, branchement électrique, wifi et même lavage du CC!

Nous sommes très satisfaits de cette étape pour un coût raisonnable. Sauf que le responsable en question (un marin que l'on a vu débarquer de son bateau) a dit que le temps n'allait pas s'améliorer car le vent était au nord. Quand on a regardé les drapeaux, le vent était au sud alors pourvu qu'il se trompe!

Depuis que nous sommes en Suède nous avons constaté que la vie y est bien moins chère qu'au Danemark. On peut la comparer au même niveau que la France, sauf en ce qui concerne les alcools. Dans les magasins on ne trouve que de la petite bière (moins de 3°5), les boissons plus fortes n'étant en vente que dans des magasins spéciaux, mais nous n'en n'avons pas encore vu.

Ce matin nous allons voir les fameuses plages de sable blanc.

Bon! Ce n'est pas les tropiques, mais c'est bien quand même. Ça nous fait penser à nos belles plages du Nord, mais sans marée.

Nous continuons jusqu'à la pointe nord de l'île où il y a aussi un phare comme au sud.

  

Nous pouvons observer de nombreux oiseaux, en particulier des eiders à duvet (vous savez? ceux dont les plumes servent à faire des oreillers), des guillemots de Troïl, des vols d'oies, etc.

Nous déjeunons sur place, le soleil fait son apparition!

Il y avait longtemps qu'on ne l'avait plus vu celui-là! Heureusement le marin de ce matin n'avait pas vu juste.

Du coup les températures montent doucement et nous finirons la journée avec 16°.

Nous descendons par la côte ouest par Borgholm dont nous photographions les ruines du château

et rejoignons Kalmar par le même pont (il n'y en a qu'un!) qu'à l'aller, mais par un temps beaucoup plus dégagé qui nous permet d'apprécier le paysage.

Nous remontons la côte vers le nord et c'est à Påskallavik que nous jetons l'ancre sur le petit port de plaisance.

Comme d'habitude, nous sommes seuls et le décor est très beau. Remarquez le ciel bleu!

 

Nous avons fait 217 km aujourd'hui (total 4308 km).  Påskallavik, port de plaisance (N57.16437, E16.46401).

 


Mardi 11 mai 2010

Soleil toute la journée et même un peu de chaleur (jusque 20°).

 

C'est donc sous le soleil que nous nous réveillons, et à travers nos vitres il chauffe assez pour ne pas devoir mettre de chauffage.

Hier soir nous avons eu une connexion internet de faible débit qui s'est interrompue assez vite, aussi ce matin Jacques essaie à nouveau et comme ça marche il en profite pour mettre le blog à jour. Ça nous prend un peu de temps et c'est à 10 h ½ que nous prenons la route.

Comme on a fait beaucoup de côtes depuis notre arrivée en Suède, on décide d'aller voir comment c'est à l'intérieur.

Direction Jönköping, mais pas par la route directe, plutôt par le chemin des écoliers.

Jacques demande à la dame qui est dans le GPS de prendre la route la plus courte, et elle nous fait passer par des routes secondaires qui sont très belles.

Les paysages sont vallonnés, beaucoup de forêts avec plein de rochers dedans, la route serpente en épousant ce relief et c'est beau!

Nous faisons un arrêt à Målila, petite bourgade sans intérêt, pour faire des emplettes, puis nous faisons une pause dans une clairière, près d'une zone naturelle protégée (il y en a plein ici), pour déjeuner.

Nous programmons d'aller voir 2 églises intéressantes sur le trajet, et la route que nous fait prendre madame GPS se transforme bientôt en route non revêtue. On traverse des bois, des fermes, on voit des vaches à long poils, sûrement pour supporter les températures fraîches, on est bloqués par des engins forestiers et après une longue marche arrière et quelques demi-tours, on rejoint la civilisation et le macadam.

Nous cherchons un peu un endroit pour dormir et, un peu avant Eksjö, on tombe sur une aire pour camping-cars et caravanes).

Il y a 14 emplacements plats et stabilisés, de l'eau, de l'électricité, mais pas de possibilité de vidange, un barbecue avec du bois à disposition, le tout entouré de sapins et voisin d'un golf.

Il n'y a personne et on doit mettre l'argent dans une enveloppe et dans un tronc.

Bien entendu nous dormirons encore en solitaires ce soir...

 

Nous avons fait 174 km aujourd'hui (total 4482 km). Eksjö, aire pour camping-cars et caravanes (N57.63577, E15.09989).


Mercredi 12 mai 2010

Temps gris le matin, pluie l'A.M., le vent revient...

 

48 h sans chauffage! Mais ce matin ce n'est pas possible de continuer, il y a 10° au réveil dans le CC et comme le soleil ne daigne pas nous honorer de sa présence, il faut une énergie de substitution.

Nous faisons le plein d'eau et nous partons vers 10 h ½ en direction du lac Vättern.

C'est un grand lac à l'intérieur du pays, à peu près 4 fois plus grand que le lac Léman, pour vous donner une idée, et pourtant ce n'est pas encore le plus grand lac de Suède qui est le lac Vänern et que nous avons programmé de voir au retour.

Nous allons à Jönköping, ville qui a vu l'invention des célèbres allumettes suédoises.

En chemin nous pouvons voir que les enfants des petites écoles se déplacent avec des gilets de sécurité fluos.

Dans un autre domaine, un chevreuil traverse juste devant nous, nous le ratons de justesse! Il a eu plus de chance que cet animal vu sur le bord de la route et qui semble être une espèce de putois marron, mais nos livres embarqués ne nous ont pas permis de l'identifier. Avis aux amateurs, si vous avez une idée, dites-le nous.

Jönköping ne retient pas notre intérêt. Nous remontons la rive est du lac pour aller à Gränna par la E4, seule voie possible, qui est une autoroute surplombant le lac pendant plusieurs dizaines de km.

Gränna est une charmante petite ville qui doit principalement sa réputation à la fabrication de sucres d'orge. Les boutiques colorées s'alignent le long de la rue principale et s'il n'y avait pas la pluie, ce serait génial. Mais c'est bien quand même.

Nous rencontrons un convoi de 3 CC de Loire-Atlantique avec qui nous échangeons des renseignements. Ils sont très intéressés par l'installation GPL.

Ils ne sont en route que pour 2 mois (les pôvres...) et vont au Cap Nord le plus directement possible.

On n'est pas étonnés d'avoir rencontré des Français (2ème rencontre depuis le début du voyage) car la E4 est l'autoroute directe pour traverser la Suède pour qui veut rejoindre le Cap Nord rapidement.

Après quelques achats nous reprenons la route et allons voir les ruines de Brahehus puis la pierre runique de Rökstenen.

Ah oui, je ne vous ai pas dit, mais les Suédois aiment bien aussi les pierres dressées. Peut-être pas autant que les Danois, mais bien quand même.

Donc celle-ci serait "la plus vieille au monde", où la plus belle, enfin je ne sais plus, mais c'est la plus quelque chose. Je vous laisse juger.

Le vent s'est levé et la pluie apparaît par moment.

Et pourtant, près de la pierre, nous parlons avec un couple de Suédois qui est en train de préparer un barbecue (si! si!), en plein vent, abrités par un simple toit, en l'honneur du vernissage d'une exposition de photos faites par le mari (très jolies d'ailleurs). Ils attendaient des voisins et amis venus partager ce moment de chaude sympathie.

Ils sont fous ces Suédois!

Nous pensions rester sur ce parking pour la nuit, mais la perspective de cette soirée nous en dissuade.

Nous les laissons à leurs agapes et nous repartons vers le monastère d'Alvastra dont le parking accueillant nous paraît propice pour passer une bonne nuit.

Nous sommes à l'abri du vent grâce à un rideau d'arbres.

En prenant quelques photos Jacques aperçoit sur la route qui est un peu plus loin, le convoi des 3 camping-cars bretons qui prend la direction de Rökstenen.

S'ils décident de dormir là-bas, ils auront peut-être droit au vernissage...

 

Nous avons fait 168 km aujourd'hui (total 4650 km). Parking du monastère d'Alvastra (N58.29670, E14.66070).


Jeudi 13 mai 2010

Grisaille et pluie.

 

Nous partons tôt ce matin, sous un ciel couvert et un peu de brume.

Il fait doux au réveil, 8°!

Oui, maintenant pour nous, 8° c'est doux!

Nous allons à Vadstena, ville au bord du lac Vättern.

Là, nous nous garons sur le parking du château et nous y retrouvons, ô surprise, nos 3 CC bretons rencontrés hier à Gränna. On se met à côté, ça fera de la compagnie à notre CC.

Les CC sont vides, mais quelques minutes plus tard nous rencontrons leurs occupants en ville, avec qui nous échangeons encore quelques tuyaux.

La cité a gardé un caractère médiéval et est très intéressante de par son beau château entouré de douves qui servent de port de plaisance, et l'église abbatiale de l'ancien couvent des Brigittines, récupérée par l'Eglise Suédoise.

Dans l'église on rencontre un pasteur parlant français, qui nous explique les différences entre l'Eglise réformée et l'Eglise suédoise qui est, d'après lui, une sorte de culte intermédiaire entre l'Eglise catholique et l'Eglise réformée.

Comme c'est jour de l'Ascension (on l'avait complètement zappé!), il prépare une messe à 11 h et nous invite à y assister (il est 10 h 55). Se sentant obligés on assiste au début de la cérémonie, mais comme tout est dit en suédois, on quitte assez rapidement l'assemblée.

Le pasteur nous a dit qu'il y avait encore des Brigittines dans une église moderne à proximité.

Nous nous y rendons juste au moment où se termine une cérémonie de communion solennelle. Nous pouvons entrer dans l'église et une sœur brigittine se laisse obligeamment photographier.

On revient par les ruelles bordées de maisons colorées et on rejoint le CC, maintenant seul, abandonné par ses 3 nouveaux et éphémères camarades.

Nous allons à Motala puis Borensberg voir le Göta Kanal.

C'est un canal qui équivaut à notre canal du midi. Il rejoint entre eux toute une succession de lacs et permet ainsi de traverser la Suède d'ouest en est (et réciproquement).

Nous déjeunons à Borensberg sur un parking en bordure du canal et une tentative de connexion internet s'avérant fructueuse, nous en profitons pour mettre le blog à jour.

Nous prenons la direction du nord-est, ce qui nous permettra de rejoindre Stockholm d'ici 2 jours environ.

Nous traversons des forêts parsemées de petits lacs et soudain, dans une prairie on voit une horde de daims qui paissent tranquillement. 

Ils sont à une cinquantaine de mètres de nous et ils nous regardent, inquiets. Jacques stationne sur le bas-côté et coupe le moteur. Ça les rassure et nous pouvons les regarder à loisir avec les jumelles. Jacques en comptera environ 70. On prend des photos mais nos zooms ne sont pas assez puissants et ne rendent pas ce que nous avons pu observer aux jumelles.

Un moment nous avons cru qu'il s'agissait d'un élevage, mais la prairie n'était pas clôturée et les daims allaient de droite et de gauche, en traversant une petite route, donc ils étaient bien en liberté.

Après ce moment d'observation, nous reprenons la route et, après avoir cherché un emplacement pour la nuit, sans succès, nous gagnons un camping à Läppe où nous pourrons recharger les batteries.

 

Nous avons fait 196 km aujourd'hui (total 4846 km). Camping Läppe (N59.13062, E15.80653).


Vendredi 14 mai 2010

Grisaille et pluie, températures en hausse (pas trop quand même).

 

Nous prenons la route vers 10 h comme d'habitude. Bon, c'est vrai qu'on ne se lève pas très tôt (un peu avant 8 h), mais on a remarqué que le matin, entre le petit jus au lit (amené par Mireille!), les toilettes de chacun, la vaisselle de la veille, la finalisation de l'itinéraire de la journée (préparé la veille), les éventuelles formalités de sortie de camping, les éventuels services, il nous faut plus ou moins 2 heures pour être prêts. Donc 10 h c'est une bonne heure!

Nous allons d'abord à Eskilstuna, qui possède un parc zoologique réputé, mais nous n'avons pas prévu de le visiter. Et puis il pleut, alors ça nous donne pas envie de sortir du CC. Pourtant nous faisons un petit tour en ville pour faire quelques emplettes et constatons qu'elle n'a rien de bien intéressant.

Suivant les indications du Guide Vert nous allons voir un rocher gravé, la gravure de Sigurd (tiens! ils n'ont pas réussi à le lever celui-là!),

puis nous allons voir le château de Sundbyholm qui est plutôt un gros manoir et qui est transformé en hôtel de luxe.

Il y a un port de plaisance juste à côté et nous profitons pour déjeuner sur son parking.

Nous repartons pour Strängnäs où nous avons repéré une aire sur le port et où nous projetons de passer la nuit.

Grâce au GPS nous la trouvons facilement. Il y a 8 emplacements sur le parking du port réservés aux CC. C'est très mignon et c'est idéal pour une étape.

Nous allons visiter la ville et sa cathédrale qui est entouré de ruelles médiévales, nous faisons quelques courses et nous retournons au CC.

L'aire, qui était annoncée gratuite, est en réalité payante (200 SEK, soit 21 €).

Bien que le cadre soit idyllique, ça nous fait réfléchir, non qu'on soit contre le fait de payer une aire, mais nous ne sommes plus qu'à 85 km de Stockholm, il est encore tôt, et on pourrait tout aussi bien rejoindre le camping de Stockholm et ainsi être à pied d'œuvre pour visiter la ville dès demain matin.

Chaque fois que nous visitons une ville d'une certaine importance, nous préférons nous arrêter au camping. Le CC y est à l'abri et nous utilisons les transports en commun pour visiter.

Le soleil fait son apparition et nous quittons cette charmante cité pour rejoindre Stockholm.

Pour gagner un peu de temps nous décidons exceptionnellement de prendre l'autoroute.

Erreur fatale! On aurait mieux fait de rester à Strängnäs!

Nous ne sommes plus qu'à une vingtaine de km de Stockholm lorsque soudain le CC se met à vibrer et le pneu de la roue arrière droite éclate.

Nous sommes à la jonction de 2 autoroutes et, évidemment, il n'y a pas de bande d'arrêt d'urgence pour nous réfugier. Jacques immobilise le CC, serré au maximum contre la glissière de sécurité, sur la bretelle qui joint les 2 autoroutes, sur un pont de chemin de fer.

En ce vendredi soir (il est 17 h 15) la circulation est importante et nous voyons dans le rétroviseur les véhicules déboucher à vive allure derrière nous. Nous ne pouvons pas quitter le CC par la droite, la porte étant contre la glissière, et nous n'osons pas descendre par la gauche, ce qui nous mettrait sur la chaussée où la circulation est ininterrompue.

Tout de suite Jacques fait le 112, n° d'appel d'urgence international, et il a la chance d'avoir quelqu'un qui parle français. Après lui avoir expliqué la situation, notre correspondant nous demande si l'un de nous parle anglais car il va nous passer la police. Jacques répond qu'il en a quelques notions et il nous bascule sur la police.

Pendant tout ce temps les voitures et camions continuent de nous frôler, mais heureusement nous sommes visibles d'assez loin.

Auprès de la police il n'est pas facile de s'expliquer car l'anglais "alimentaire" de Jacques comporte bien des lacunes, amplifiées par le stress de la situation qui lui fait oublier jusqu'à son propre n° de téléphone, alors quand on lui demande où il est et ce qu'il voit autour de lui, quel est son véhicule, etc., ce n'est pas facile à dire en anglais.

Tant bien que mal on réussit à s'expliquer et la police nous annonce qu'elle nous envoie un dépanneur.

Commence alors une attente longue, longue, longue...

Les voitures arrivent toujours derrière nous à vive allure, le déplacement d'air nous secoue à chaque passage d'un camion, il nous semble être là depuis une éternité.

Après ¾ d'heure d'attente, soudain (musique céleste) un équipage arrive derrière nous auréolé de clignoteurs bleus, se gare de manière à protéger le camping-car et 2 fées en sortent (images au ralenti...), s'approchent du CC et demandent ce qui nous arrive.

Ce sont 2 gendarmettes, belles et blondes comme on imagine les Suédoises quand on est en France, qui patrouillent sur l'autoroute et nous trouvent sur leur chemin.

Jacques fait un effort pour améliorer son anglais (ah! quand il veut!) et leur explique la situation. Elles s'emparent du téléphone et organisent le sauvetage. Elles nous disent que le dépanneur est en route (on le savait déjà, mais dit par ces déesses, c'était comme si il était déjà là!).

Et elles restent garées derrière nous avec leurs gyrophares bleus, veillant sur nous comme 2 anges gardiennes.

On est déjà largement rassurés et les ¾ d'heure d'attente supplémentaire nous ont paru bien moins longs que les précédents.

Puis un dépanneur est arrivé, gros routier suédois ne parlant pas anglais, et nos fées se sont évaporées...

Il a mis son camion devant nous et quelques minutes après un second camion se mettait derrière nous pour nous protéger.

La suite est plus classique: réparation sur place après avoir déplacé un peu le CC, et conduite jusqu'à un marchand pour remplacer le pneu.

A 19 h 45 l'aventure se termine, le porte-monnaie en a pris un coup, mais ce n'est que matériel et nous sommes contents que tout se termine ainsi.

Jacques pourra rêver de ses anges toute la nuit!

Nous arrivons au camping de Stockholm à 20 h 30.

 

Nous avons fait 196 km aujourd'hui (total 5042 km).  Camping Bredäng (N59.29525, E17.92291).

 


Samedi 15 mai 2010

Beau temps, soleil, pas un nuage, chaleur!

 

Il a plu toute la nuit, nous faisant passer une mauvaise nuit, entre le souvenir de la mésaventure de la veille et la crainte de ne pas pouvoir visiter Stockholm à cause de la pluie.

Et ce matin, au réveil, ciel bleu azur, soleil chaud déjà à 8 h. La rapidité avec laquelle le climat change est tout simplement incroyable.

Nous partons tôt (9 h 15), légèrement vêtus mais avec quand même un vêtement pour la pluie (on se méfie un peu), en direction du métro que nous rejoignons en à peine un quart d'heure. Un quart d'heure de plus suffira pour nous amener dans la vieille ville de Stockholm.

Nous avons beaucoup aimé Stockholm. La ville est belle, avec de beaux monuments, l'eau omni-présente, les ponts qui relient les îles entr'elles, ça nous plaît.

Vous avez vu le ciel?

Nous flânons quelques temps dans les vieilles rues autour du château royal, nous assistons à la relève de la garde qui est un véritable spectacle qui dure plus d'une demi-heure, et nous descendons vers le port. Nous voulons faire la promenade en bateau dans l'archipel de Stockholm, mais c'est complet pour aujourd'hui. Il faut dire qu'en ce week-end de l'Ascension et avec ce beau temps, les rues sont noires de monde.

Qu'à cela ne tienne, nous reviendrons demain.

Nous allons déjeuner dans un petit resto puis, à défaut de faire l'archipel, nous faisons le circuit en bateau dans le port de Stockholm. C'est très bien et ça permet aussi de se reposer car Mireille se ressent des séquelles de sa jambe cassée l'année dernière.

Après la mini-croisière nous retraversons la vieille ville, nous faisons quelques achats et nous reprenons le métro pour regagner nos pénates.

Il fait toujours beau et, pour la première fois depuis notre départ, nous sortons la table et les fauteuils pour prendre l'apéritif dehors (ce n'est pas l'apéritif qui est une première fois, c'est la sortie de la table et des fauteuils!).

 


Dimanche 16 mai 2010

Temps couvert mais pas de pluie.

 

Décidément le soleil joue à cache-cache avec nous. Après la très belle journée d'hier, il a sans doute trouvé qu'il avait assez travaillé et il n'est apparu que très tard dans la soirée pour d'ailleurs retourner vite se coucher.

2ème journée à Stockholm. On se lève tôt et à 9 h on quitte le camping.

Objectif: avoir une place sur un bateau qui fait la croisière de l'archipel.

Nous arrivons à 9 h 55 au bureau de vente des billets et nous obtenons les tickets sans problème.

A 10 h 30 nous prenons la mer sur un bateau de 1906, tout de bois et de cuivre et pendant 2 h ½ nous sillonnons une partie de l'archipel qui se trouve dans la baie de Stockholm.

Il est évident que nous ne voyons qu'une infime partie des îles qui forment cet archipel car il est composé de 17.000 iles et ilots, pas tous habités.

C'est très beau et certaines maisons construites au bord de l'eau sont somptueuses. D'autres sont modestes, mais toujours bien entretenues.

Cette mini-croisière est bien agréable.

De retour sur terre nous allons déjeuner au même restaurant qu'hier et à 14 h nous prenons le chemin du musée Vasa

C'est un musée entièrement consacré à un bateau de guerre construit en 1628 et qui a eu la mauvaise idée de couler lors de son voyage inaugural dans le port de Stockholm.

Il est resté enfoncé dans la vase du port pendant 333 ans et n'a été renfloué et restauré qu'à partir de 1961.

Il était dans un état de conservation extraordinaire et 95% de ce qu'on peut voir aujourd'hui est d'origine.

C'est impressionnant à voir, surtout qu'il est gardé dans la pénombre pour éviter sa dégradation, mais ça ne facilite pas la prise de photos.

Nous avons passé 2 h dans ce musée.

Nous avons ensuite pris tranquillement le chemin du retour pour rejoindre le camping vers 18 h.



Lundi 17 mai 2010

Très beau temps, ciel bleu, 22°.

 

Le soleil est revenu ce matin avec une température printanière.

Aujourd'hui sera une étape de transition.

Départ du camping vers 11 h après un nettoyage du camping-car.

Nous allons bientôt arriver en Finlande où il n'y a pas de GPL, donc l'objectif du jour est de remplir cette fameuse bonbonne.

Le choix est restreint: il n'y a que 2 stations qui délivrent le GPL autour de Stockholm.

Le GPS nous emmène sans faillir à la station qui est la plus proche de notre itinéraire, mais c'est pour nous entendre dire que ce n'est pas du GPL qui est fourni ici, mais du bio-gaz.

Fort serviable, le gérant nous indique le chemin pour rejoindre l'autre station. Néanmoins Jacques la programme sur le GPS et nous la trouvons sans problème. Nous faisons le plein de GPL et nous prenons la direction de Käppelskär où nous avons prévu de prendre le bateau pour la Finlande.

Arrêt vers 14 h près d'une mignonne petite église pour déjeuner et arrivée à 15 h 30 au terminal ferry de Käppelskär.

Il n'y a personne au guichet pour nous renseigner, ceux-ci n'ouvrant qu'une heure avant le départ du ferry, et nous ne pouvons récolter que des brochures en suédois. Nous nous rendons au camping choisi où le gérant pourra nous les traduire en anglais.

Nous nous installons et suivant les conseils de camping-caristes qui ont fait le voyage avant nous, nous profitons de cet arrêt tôt en journée pour utiliser la machine à laver et le sèche-linge du camping.

Ce petit camping, Käppelskärs Camping, est un peu rempli et il y a des enfants. Il semble qu'il y ait des vacances scolaires en ce moment en Suède.

Nous jouons un peu avec 2 écureuils peu farouches qui montent sur nos pieds.

Vers 18 h une vingtaine de voitures arrivent sur le parking et des familles viennent faire un barbecue collectif sur une petite plaine réservée à cet effet.

A 20 h ils sont tous partis! Les Suédois dinent tôt, vers 18 h.

Le plus surprenant est: d'où viennent-ils?

En effet il n'y a pas de village ici, c'est juste un terminal ferries. La question restera sans réponse (à moins que demain?).

 

Nous avons fait 140 km aujourd'hui (total 5182 km). Käppelskärs Camping. (E19.05046, N59.72051)


Mardi 18 mai 2010

Très beau temps, ciel bleu avec quelques nuages, 19°.

 

Le soleil est déjà au rendez-vous quand nous nous levons ce matin.

Aujourd'hui ça fait juste un mois que nous sommes partis. Notre planning est respecté, mais les dernières journées ont été fatigantes. Aussi nous comptons bien sur la partie finlandaise de notre voyage pour nous reposer un peu, le pays nous semblant moins pourvu de sites à visiter que le Danemark ou la Suède.

Nous avons parcouru 5182 km depuis notre départ. Il semble bien que la prévision des 15.000 km sera largement dépassée!

Le bateau de la Viking Line pour l'île Åland (prononcez "Oland") étant à midi, nous quittons le camping à 11 h pour rejoindre le terminal ferries.

Au guichet l'employée, à qui nous demandons le tarif senior, nous demande nos passeports. Pas question de tricher sur notre âge et le tarif senior ne s'applique qu'à partir de 65 ans. Nous ne les avons pas encore, donc nous payons tarif normal. Mais heureusement nous sommes en semaine et le tarif est moins élevé que le week-end, ce qui fait que la traversée ne nous coûtera que 28,80 €.

On a payé en euros car nous avons épuisé toutes nos couronnes suédoises avant de quitter ce pays et de toutes manières, la compagnie faisant le change à 10/1, c'est plus intéressant de payer en euros.

A midi pile le bateau largue les amarres et commence alors une croisière magnifique...

 

Pour continuer le voyage, cliquer sur le bouton "Finlande" ci-dessous.