La Finlande

18 mai  au 9 juin 2010.

Mardi 18 mai 2010

Le navire se fraie un chemin entre les multiples îlots qui parsèment la mer Baltique.

C'est magique et en plus nous avons la chance d'avoir du beau temps. Certains îlots sont minuscules, d'autres, un peu plus grands, portent parfois une cabane en bois peinte en rouge.

Le bateau passe très près de certains. Cette traversée est un enchantement.

A mi-parcours nous allons explorer les entrailles du navire où il y a des bars, des restaurants, des salons de danse, des machines à sous, etc.

Ça nous rappelle les ferries pour la Corse où nous sommes allés bien des fois.

A 14 h 30 précises le bateau accoste à Mariehamn, capitale de Åland, mais à cause du changement de fuseau horaire, il est ici 15 h 30.

Nous recherchons une station-service car nous n'avons pas voulu faire le plein en Suède, le carburant étant moins cher en Finlande.

Nous faisons un petit tour dans les rues de Mariehamn qui s'avère être une ville sans beaucoup d'intérêt.

Quelques belles maisons en bois peint retiennent toutefois notre attention

Nous faisons quelques emplettes et nous allons à l'Office du Tourisme pour y trouver porte close! C'est vrai, il y a le décalage horaire auquel nous n'avons pas pensé! On reviendra demain.

Suivant les conseils de camping-caristes nous nous dirigeons vers la pointe sud où un minuscule parking au bord d'un petit port nous attend pour passer la nuit. (Merci Zoé!).

C'est un très beau site, et nous profiterons de la soirée pour observer les oiseaux. Deux chevreuils viendront même montrer le bout de leur museau.

 

Nous avons fait 21 km aujourd'hui (total 5203 km). Parking (E19.98571, N60.01211).


Mercredi 19 mai 2010

Très beau temps, ciel bleu avec quelques nuages juste pour faire joli sur les photos, 26°.

 

Ça y est! C'est l'été! Pourvu que ça dure!

La nuit a été super calme. On craignait que les oiseaux nous réveillent tôt mais, soit ils se sont tus, soit notre sommeil était profond.

Nous remontons sur Mariehamn à l'office du tourisme où une dame très gentille, parlant un tout petit peu le français, nous a donné de la documentation sur Åland.

Nous faisons quelques courses alimentaires puis nous partons visiter un peu le centre de l'île.

Arrêt à l'église de Jomala, puis au château de Kastelholm et au musée de plein air qui est juste à côté, Jan Karlsgården.

Nous allons ensuite aux ruines du château de Bomarsund sur le parking duquel nous déjeunons.

Etrange destinée que celle de cette forteresse construite par les Russes au milieu du 19e siècle, au temps où ils dominaient la Finlande et démantelée par une coalition franco-anglaise seulement 24 ans plus tard.

Nous continuons la visite de l'île par le nord et comme il est encore tôt pour faire étape, nous décidons de retourner dormir au même endroit qu'hier (on ne change pas une équipe qui gagne!).


Nous avons fait 177 km aujourd'hui (total 5380 km). Parking (E19.98571, N60.01211).

 


Jeudi 20 mai 2010

Très beau temps, ciel bleu sans nuages, 22°.

 

C'est encore le grand beau temps qui nous attend ce matin au réveil, et ça va durer toute la journée.

Nous avons la chance de parcourir l'archipel des Åland avec un temps superbe. Comme il n'y a quasiment plus de vent, la mer est très calme, ce qui nous arrange bien pour les traversées maritimes.

Nous repassons à l'office du tourisme pour nous renseigner sur les horaires des traversées vers la Finlande et nous choisissons, toujours en suivant les conseils de camping-caristes dont nous avons emporté le récit, d'emprunter la ligne Ålandstrafiken. C'est moins cher mais il y a une condition pour avoir ce tarif, c'est de ne pas rejoindre directement Mariehamn où nous sommes à la Finlande continentale . Il faut absolument faire une escale et suivant les conseils, nous ferons cette escale à Kökar qui est la plus grande île du trajet. Le départ se fait à Längnäs, à midi. Pas de problème pour y être, largement en avance, et nous attendons sur le quai que le bateau arrive.

Il y a peu de monde pour monter à bord et comme notre destination est la plus lointaine de la ligne, nous embarquons en dernier.

Le voyage qui commence alors est encore plus beau que celui qui nous a amenés à Åland.

Nous naviguons entre des centaines d'îlots, parfois à ras d'eux. Il n'y a pas d'interruption, un îlot succède à un autre et c'est un véritable dédale dans lequel se faufile avec précision notre navire.

Le bateau est beaucoup plus petit que le précédent, plus de machines à sous, plus de dancing, juste un petit snack. C'est très agréable, cette tranquillité nous convient bien et il n'y a pas la foule du bateau précédent. Et en plus il fait très beau!

Nous pouvons bénéficier d'un branchement électrique pour recharger nos appareils et d'une connexion internet. Jacques en profite pour faire la mise à jour du blog.

Rassurez-vous, il n'a pas passé tout son temps sur l'ordinateur, il a pris aussi le temps d'apprécier le voyage.

Après 3 escales nous arrivons à Kökar qui est vraiment une petite île.

Nous allons jusqu'à l'église que nous avons la chance de pouvoir visiter car des ouvriers travaillent sur le clocher, puis nous faisons le tour de l'île, ce qui est vite fait.

Nous pourrions reprendre un bateau à 20 h 30, mais ça nous ferait arriver à 23 h, et nous n'aimons pas chercher une place le soir. Nous prendrons donc le bateau de 18 h 30 demain.

Nous nous arrêtons sur une aire de repos, et nous nous installons pour la nuit.

 

Nous avons fait 84 km aujourd'hui (total 5464 km). Aire de repos (E20.9335, N59.9306).


Vendredi 21 mai 2010

Très beau temps, ciel bleu sans nuages, 24°.

 

Toujours le beau temps. Comme le bateau n'est qu'à 18 h 30 ce soir, on a décidé de ne rien décider.

Repos, farniente, on sort la table et les chaises, on tire le store, on prend le petit-déjeuner dehors, on regarde les itinéraires pour les prochains jours, on déjeune, dehors toujours, on fait un peu de jeux et la journée s'écoule jusqu'à 17 h 30 heure à laquelle nous nous mettons en route pour rejoindre le port.

Le bateau arrive avec un petit quart d'heure de retard et nous embarquons aussitôt.

A peine avons-nous quitté la côte que le brouillard tombe. Le paysage a disparu! Fini les petits îlots disséminés à droite et à gauche, on ne voit plus rien!

Le bateau fait comme si de rien n'était et poursuit imperturbablement sa route.

Jacques profite encore une fois de la connexion internet et des prises de courant pour mettre à jour le blog et charger tous nos appareils.

Vers le milieu du voyage, enfin, le brouillard se lève et nous terminons le trajet sous un beau soleil.

Nous débarquons à 21 h à Korpo/Galtby (il y a 2 noms car l'un est en Finlandais, l'autre est en suédois) et nous suivons le flot des voitures sortant du bateau.

En fait nous avons débarqué sur une île et pour rejoindre (demain) Turku/Åbo, nous devons sauter d'île en île. Parfois c'est un pont qui les relie, parfois c'est un bac. Mais les bacs sont considérés comme le prolongement de la route, aussi ils sont gratuits.

Ce parcours est très agréable.

Nous nous arrêtons à 22 h sur le parking du nouveau port de plaisance de Nauvo/Nagu.

C'est vendredi soir, un peu plus loin il y a des jeunes rassemblés, pourvu que la nuit soit calme!


Nous avons fait 36 km aujourd'hui (total 5500 km). Parking du nouveau port de plaisance de Nauvo/Nagu (E21.91064, N60.19206).


Samedi 22 mai 2010

Très beau temps, très grosse averse vers 18 h, 26°.

 

On a entendu des bruits de moteurs jusqu'à minuit environ, et encore ce n'était pas très agressif. On a donc passé une bonne nuit malgré tout.

Nous reprenons notre saute-moutons d'île en île avec de nouveaux ponts et un nouveau bac et nous arrivons à Parainen. Nous y faisons quelques courses et retirons un peu d'argent. Nous constatons alors que la carte bancaire de Mireille ne fonctionne pas.

Heureusement celle de Jacques fonctionne bien, mais c'est tout de même embêtant.

Nous continuons la route jusqu'à Turku en faisant quelques courses en passant (on fait souvent les courses, mais notre frigo est petit!).

A Turku nous nous rendons directement à l'office du tourisme pour glaner de la documentation, puis nous nous garons sur un quai, face à la rivière Aurajoki pour déjeuner.

Il fait toujours beau, même chaud, et les Finlandais viennent volontiers se promener sur ces quais en tenues printanières.

Nous parcourons ensuite la ville. Rien de bien séduisant. Les rues sont toutes perpendiculaires les unes aux autres, formant un quadrillage, les immeubles sont banals, seules quelques maisons anciennes en bois méritent un regard.

Nous allons jusqu'à la Cathédrale, elle non plus sans grand intérêt, puis nous revenons en suivant les quais de l' Aurajoki, ce qui constitue, à nos yeux, la partie la plus intéressante de la ville.

Par contre nous trouvons les Finlandais très serviables et attentifs. Nous avons eu besoin de renseignements à plusieurs reprises et les personnes que nous avons sollicitées ont tout fait pour répondre à nos souhaits. Ça change des Suédois.

Sur la route du retour vers notre CC le ciel se met à pleuviner, puis à pleuvoir vraiment.

Nous nous mettons à l'abri tandis que le ciel déverse maintenant des trombes d'eau.

Quand ça se calme, nous rejoignons le CC. Nous faisons un détour pour voir le château de Turku, puis nous partons à la recherche d'un lieu pour dormir, en dehors de la ville car c'est samedi...

Nous trouvons notre bonheur à une quarantaine de km, à Karuna, où le parking d'une église nous accueille pour la nuit. Autour de nous il n'y a qu'une maison et comme elle n'est pas éclairée, nous pensons qu'il n'y a personne. Deux voitures de pêcheurs viendront nous tenir compagnie pendant quelques heures, puis repartiront.

Derrière l'église le panorama est somptueux.

Il est 23 h 30, le soleil est couché depuis un moment mais le ciel est encore lumineux.

 

Nous avons fait 125 km aujourd'hui (5625 km au total). Karuna, parking d'une église (E22.54473, N60.27031).

 


Dimanche 23 mai 2010

Temps maussade, un peu de soleil, un peu de pluie dans la soirée, 20°.

 

Après une nuit tranquille, nous nous mettons en route à 10 h comme d'habitude. Nous nous dirigeons doucement vers Helsinki que nous voulons rejoindre demain.

Premier arrêt à Perniö signalée pour son église avec le clocher séparé. Nous ne pouvons pas visiter car c'est l'office religieux et nous nous contentons de photos extérieures.

Nous nous arrêtons ensuite à Ekenäs/Tammisaari pour faire le plein de gas-oil et, pour tester, j'utilise la CB de Mireille. Verdict: carte non acceptée. Je sors alors la mienne: même réponse!

C'est quand même extraordinaire que nos cartes Visa internationales aient fonctionné sans problème au Danemark et en Suède, pays où l'euro n'a pas cours, et qu'en Finlande, pays ayant adhéré à l'euro en même temps que la France, elles ne marchent pas! Il faudra trouver une solution à cette situation.

En attendant nous changeons de station-service pour en trouver une non automatique où la carte de Mireille sera acceptée, avec en prime un grand sourire de la caissière qui nous donne l'autorisation de faire le plein d'eau pour le camping-car.

Nous partons vers Hanko pour trouver un coin pour déjeuner au bord de la mer.

Sur la route, Jacques a son attention retenue par une masse grise dans un pré de hautes herbes entouré de forêts: un élan!

Il est trop tard pour s'arrêter et il y a un peu de circulation sur cette route qui mène à la mer.

Demi-tour quelques centaines de mètres plus loin et re-passage devant le pré pour que Mireille, sceptique, confirme: oui on dirait bien un élan.

Nouveau demi-tour et passage au ralenti pour voir la bête disparaître dans un bois de bouleaux. Mireille a quand même pu prendre quelques photos, mais elles ne sont guère probantes. Nous soumettons la meilleure à votre sagacité: s'agit-il bien d'un élan?

(Depuis la rédaction de ce billet nous avons bien eu confirmation qu'il s'agissait d'un élan, timide!)

Ces émotions passées, nous nous arrêtons sur le port d'Hanko, jolie station balnéaire où on peut observer des villas de bois, certaines de style russe, et où nous déjeunons.

Comme c'est un cul-de-sac, nous sommes obligés de revenir sur nos pas, mais par une route différente toutefois.

En chemin nous voyons un cimetière militaire russe de la guerre 39-45 et ça surprend de voir la faucille et le marteau, qui ont disparus du paysage politique international, sur ce monument.

De retour à Ekenäs/Tammisaari, nous trouvons un petit parking qui nous convient bien pour la soirée et la nuit.


Nous avons fait 171 km aujourd'hui  ( (total 5796 km). Parking à Ekenäs/Tammisaari, (E23.43591, N59.96943).


Lundi 24 mai 2010

Pluie presque toute la journée, 10°.

 

Il a plu quasiment toute la nuit et, comme nous étions sous un arbre quand la pluie cessait, l'arbre continuait à goutter. Plus les oiseaux qui chantent presque toute la nuit...

Bref, la nuit a été courte!

Nous quittons Ekenäs/Tammisaari vers 9 h 30 pour nous diriger vers Helsinki. Comme il pleut sans presque discontinuer, nous ne roulons pas vite.

De plus, en Finlande, les CC ne doivent pas dépasser 80 km/h et les radars fixes sont nombreux. Les conducteurs sont assez respectueux des limitations de vitesse.

C'est donc à un train de sénateur que nous rejoignons le camping Ratsila à Helsinki.

Bien situé, à une dizaine de km du centre et surtout à 2 pas d'une station de métro, le camping est bien rempli, mais nous trouvons une place sans difficulté.

La jeune femme qui est à l'accueil parle un peu le français. Depuis le peu de temps que nous sommes en Finlande nous avons déjà rencontré plusieurs fois des personnes parlant français (aucune au Danemark et 3 en Suède)

Nous nous installons, déjeunons et décidons d'aller tout de suite au centre ville.

En 20 mn le métro nous y conduit.

Nous nous promenons dans la ville, sous la pluie et faisons quelques emplettes.

On ne peut s'empêcher de constater que les Russes ont laissé de nombreuses empreintes sur cette ville qu'ils ont occupée pendant plus d'un siècle. Certains noms de rues sont encore répétés en finnois et en russe, beaucoup d'explications sont traduites en russe, la ville possède la plus grande église orthodoxe d'Europe, etc.

Après cette première prise de contact avec Helsinki, nous reprenons le métro pour rejoindre le camping.


Nous avons fait 166 km aujourd'hui (total 5962 km). Camping Ratsila à Helsinki (E25.12111, N60.20666).


Mardi 25 mai 2010

Beau temps ensoleillé, 16°.

 

En Finlande il y a toujours de l'eau à proximité. Ici à Helsinki c'est la mer, ailleurs à l'intérieur ce sont des lacs. C'est joli. Mais quand il y a de l'eau, il y a des mouettes et comme il fait clair de 3 h 30 à 23 h 30, elles crient presque tout le temps! Même la nuit!

Et ça n'aide pas pour le sommeil!!!

Bon, enfin, il faut faire avec...

Aujourd'hui il fait beau. On avait été prévenus car, dans les rames du métro, des écrans affichent les prévisions météo.

Dès le matin nous prenons le métro pour aller à Helsinki.

Nous visitons le vieux marché couvert, très animé, et le marché de plein air.

Ici encore nous rencontrerons des Finlandais parlant français.

Une jeune fille à qui Jacques posait la question, nous a dit avoir appris le français à l'école, ainsi que l'anglais et l'espagnol (rien que ça!).

Ça nous a permis d'avoir confirmation de la présence des élans dans la région d'Helsinki, et que ceux-ci perdent leurs bois au printemps, ce qui explique que le nôtre n'en avait pas. Nous allons ensuite visiter la très belle cathédrale orthodoxe.

Nous allons manger un "louna", buffet servi dans la plupart des restaurants entre midi et 16 h, à un prix très intéressant, même dans les restaurants haut de gamme.

Ensuite nous prenons le tram sur la ligne touristique qui fait le tour de la ville.

Comme nous avons acheté ce matin un billet 24 h, nous pouvons monter ou descendre à n'importe quel arrêt et reprendre un tram suivant.

Nous en profitons pour nous arrêter à plusieurs reprises et notamment pour visiter l'église enterrée de Temppeliaukio.

C'est une église dont la plus grande partie a été creusée dans le sol et les murs sont donc directement constitués par la roche. L'ensemble est coiffé par un dôme de cuivre. C'est magnifique. De plus l'acoustique est exceptionnelle et des concerts y sont régulièrement donnés.

Notre tour de tramway terminé, nous faisons quelques courses dans une supérette de la station de métro et nous rentrons au camping.

 


Mercredi 26 mai 2010

Beau temps le matin, pluie l'après-midi, 13°.

 

Ce matin, au camping d'Helsinki, un petit écureuil s'est invité. Il a même eu le culot d'entrer dans le CC!

Services faits, nous quittons le camping à 10 h 45.

Nous retournons à Helsinki, mais cette fois par nos propres moyens.

Mireille veut faire des courses au vieux marché couvert. Elle y achète, entre autres, du saucisson d'élan et de la viande de renne fumée. Nous continuons un petit tour de ville avec le CC pour voir les endroits un peu plus éloignés que nous n'avions pas vus hier, puis nous quittons Helsinki pour nous rendre à Sipoo où il y a une jolie église.

Nous déjeunons sur le parking de l'église en nous disant que si c'était le soir, on y serait bien restés pour la nuit.

Mais il n'est que 14 h aussi nous continuons vers Porvoo.

D'emblée cette ville nous plaît. Elle possède un quartier ancien remarquable avec des entrepôts alignés le long de la rivière et une cathédrale... qui n'a rien d'une cathédrale car elle est toute petite.

Cependant la pluie contrarie nos projets et, plutôt que de continuer à nous balader engoncés dans nos parkas, nous préférons chercher une place pour la nuit et reporter la visite à demain en espérant que le ciel sera plus clément.

Après quelques tâtonnements nous nous mettons sur un parking près du fleuve, juste en face de la vieille ville, réservé aux autobus de 9 h à 16 h. Demain matin il faudra partir tôt!

 

Nous avons fait 137 km aujourd'hui (total 6099 km). Parking à Porvoo (E25.65500, N60.39600).

 


Jeudi 27 mai 2010

Temps gris sans pluie, 13°.

 

Comme nous l'avions décidé, à 8 h 50 nous quittons notre parking pour rejoindre un stationnement dans la vieille ville que nous voulons visiter.

Bien nous en a pris!

En effet, en faisant le trajet touristique à pied de la vieille ville, nous sommes amenés à repasser sur le parking où on a passé la nuit. Et là nous voyons le policier municipal mettre une contravention à une voiture restée là après 9 h! On a eu chaud!

Nous passons 2 heures à flâner dans Porvoo qui est vraiment une jolie ville, du moins pour la partie ancienne.

Nous partons ensuite par la route royale qui reliait Helsinki à Saint Petersbourg par Loviisa, où nous faisons quelques courses, et Hamina, curieuse ville au plan octogonal sur la place de laquelle l'église orthodoxe, ronde, fait face à l'église réformée, carrée, tandis que l'hôtel de ville semble jouer les arbitres au centre de la place.

Tous ces bâtiments ont des couleurs chatoyantes.

Ensuite nous partons à la recherche de notre coin pour la nuit et nous le trouverons à Jurvala, au bord d'un lac.


Nous avons fait 196 km aujourd'hui (total 6295 km). Jurvala, au bord de lac (E27.77736, N60.96518).


Vendredi 28 mai 2010

Temps gris le matin, pluie l'après-midi, 11°.

 

Il fait gris dès le matin, mais nous avons passé une bonne nuit, seuls comme d'habitude, au bord de ce lac.

Aujourd'hui: chasse aux élans!

Nous partons par de petites routes dans l'espoir d'apercevoir un élan, et aussi parce que nous préférons de beaucoup les petites routes aux grandes.

Nous traversons des paysages faits de lacs, d'îles, de forêts de bouleaux et sapins mélangés et, contrairement à ce qu'on attendait de la Finlande, vallonnés.

Bien sûr ce n'est pas les Alpes, mais sur ces petites routes où le relief n'a pas été gommé par les pelleteuses, certaines montées imposent de rétrograder en 2ème!

Tout ça est bien agréable, mais d'élan point!

Au fur et à mesure que nous progressons, le ciel s'assombrit.

Nous arrivons à Lappeenranta sous un véritable crachin à faire pâlir de jalousie nos amis bretons, qui estompe le paysage.

Nous nous installons sur un petit parking en bordure de lac pour déjeuner, puis nous montons à la forteresse pour y voir la plus vieille église orthodoxe de Finlande.

De toutes façons, chaque fois qu'on va voir un monument, sur les guides c'est toujours le plus quelque chose.

Bon, là c'est la plus vieille! Soit, mais son bulbe est démonté. Une affiche indique qu'il est en restauration et sera replacé au printemps 2010 (il leur reste encore 3 semaines pour tenir leur promesse). De plus elle est fermée et les visites ne commencent que début juin.

On a 3 jours d'avance.

Juste le temps de prendre une photo sous la pluie et nous descendons de cette forteresse sans avoir pu profiter de la vue, qui doit être très jolie par beau temps, sur le port et le lac.

Nous nous dirigeons vers Imatra.

La route 6, très chargée, est en travaux pour être transformée en autoroute et la cinquantaine de km que nous parcourons sous la pluie est un peu pénible.

Beaucoup de camions et voitures russes l'empruntent car nous longeons la frontière et le poste de douane le plus proche n'est qu'à 10 km d'Imatra.

A l'Office du tourisme d'Imatra nous apprenons que ce qui fait la réputation de la ville (le lâcher d'eau quotidien des eaux d'un barrage hydro-électrique) ne commence que le 28 juin! On nous dit aussi qu'il y a un lâcher exceptionnel le 29 mai et c'est... demain.

La ville étant totalement dénué d'intérêt, le temps n'étant pas clément, nous décidons de nous approcher du Mac Do local pour une connexion internet.

Nous pouvons donc mettre notre blog à jour, la connexion étant particulièrement bonne.

Nous nous interrogeons pour savoir si ça vaut la peine de revenir demain à 18 h, et la question reste, pour l'instant, sans réponse.

Par curiosité nous voulons nous approcher de la frontière russe, mais là aussi déception, la frontière est inaccessible à moins d'y aller pour la franchir.

Nous pensons alors à trouver un coin pour la nuit et nous allons à Ruokolahti qui est distante d'une vingtaine de kilomètres et sur la route que nous voulons emprunter demain.

Le parking de l'église nous séduit bien, mais on a vu un panneau indiquant une remontée mécanique de ski. Par curiosité nous suivons la direction et après que la route ait monté de quelques mètres, nous suivons un chemin qui descend jusqu'au bord du lac où se situe le départ de "la" remontée. Le GPS indique une altitude de... 70 m!

Nous n'avons jamais vu un téléski aussi bas.

L'endroit nous plait par son isolement car nous sommes vendredi et il vaut mieux être dans un endroit calme.

On verra si il tiendra ses promesses. En attendant, le soleil fait une tardive apparition qui nous permet de vous offrir ce superbe coucher de soleil.


Nous avons fait 189 km aujourd'hui (total 6484 km).


Samedi 29 mai 2010

Temps ensoleillé, pluie en fin d'après-midi, 16°.

 

Non, l'endroit n'a pas tenu ses promesses car vers 22 h 30 une voiture russe est venue rôder sous nos fenêtres.

Elle est repartie aussitôt, mais ça a suffit pour que nous nous repliions sur le parking de l'église préalablement repéré E28.82930, N61.28513).

Comme d'habitude le vendredi, des cyclos ont fait quelques rodéos, mais ça n'a pas duré longtemps et nous avons passé une bonne nuit.

Ce matin nous sommes prêts tôt.

Heureusement car vers 9 h 30 quelques voitures arrivent parmi lesquelles une voiture mortuaire. Un enterrement se prépare.

Par discrétion nous allons sur un parking un peu plus éloigné.

Nous attendons que la cérémonie, courte, se termine pour retourner sur le parking de l'église car nous avons repéré qu'il y avait des toilettes et nous profitons pour vider la cassette.

Ici en Finlande, ce n'est pas comme au Danemark ou en Suède, il y a peu de toilettes publiques et quand il y en a ce sont souvent des toilettes sèches dans lesquelles on ne peut pas vider les cassettes. Alors dès qu'une occasion se présente, on en profite.

Cet intermède accompli, nous prenons la direction de Savonlinna par des petites routes vertes (sur la carte, pas en vrai!) qui passent entre de nombreux lacs.

Les bas-côtés sont couverts de muguet et l'odeur parvient même à l'intérieur du CC. Nous en cueillons quelques brins.

Arrivés à Savonlinna nous allons voir le très beau château qui est dressé sur une île.

Nous déjeunons face à lui puis nous flânons un peu au milieu des rares maisons anciennes.

Nous reprenons la route pour aller à Punkaharju voir les eskers.

Késaco? Nous vous invitons à vous reporter à votre dictionnaire favori pour la définition exacte (si vous trouvez ce mot dans votre dictionnaire!).

En gros ce sont des digues naturelles très étroites (quelques dizaines de mètres), très longues (jusqu'à quelques dizaines de km), hautes jusqu'à 25 m qui séparent naturellement les lacs.

Fin de la leçon.

A Punkaharju des routes sont construites dessus et on roule pendant 7 km sur cette étroite bande entourée d'eau. Ça donne l'occasion de voir de beaux paysages.

Nous allons ensuite à Kerimäki voir l'église en bois. C'est la plus quoi celle-là?

C'est la plus grande du monde. Rien que ça!

C'est vrai qu'elle est grande mais on ne pourra pas en juger de l'intérieur car elle ferme à 16 h et nous arrivons à 16 h 10. A partir du 1er juin elle fermera à 18 h! On arrive encore une fois trop tôt.

Notre brave camping-car (on le flatte un peu parce qu'il doit encore nous emmener jusqu'au bout du voyage), nous emmène ensuite à Oravi où on a lu qu'un parking nous attend entre eau et pins.

C'est vrai, mais maintenant il est équipé en aire de stationnement payante gérée par le port. (E28.60479, N62.11505)

Il y a 7 places, l'électricité, toilettes, douches, sauna, magasin.

Pour un samedi soir c'est très bien, on sera tranquilles. Il est 17 h 30 quand nous nous installons pour la soirée. Pour une fois nous ne serons pas seuls, un CC finlandais est déjà installé sur une place voisine.


Nous avons fait 267 km aujourd'hui (total 6751 km). Aire de stationnement sur le port d'Oravi (E28.60479, N62.11505).


Dimanche 30 mai 2010

Beau temps le matin, pluie l'après-midi, soleil le soir, 13°.

 

Le temps est agréable au lever, ce matin. Nous profitons d'être dans ce petit port pour faire les services, toutes les occasions étant bonnes à prendre.

C'est à 11 h que nous prenons la route pour continuer notre progression vers le nord. On suit une route verte, on passe un bac qui remplace un pont, et on continue jusqu'à Liperi, sous la pluie qui s'est mise à tomber.

Nous faisons un plein de carburant, mais, ici aussi, nos cartes Visa sont rejetées.

Comme ce sont des pompes automatiques, il n'y a plus qu'une solution, c'est de glisser un billet de 50 euros dans la fente de la machine et nous pouvons enfin remplir notre réservoir.

Nous déjeunons sur le port de Liperi d'une lounapizza.

La route nous mène ensuite à Koli, point culminant de la région avec ses 347 m d'altitude.

La dénivelée est quand même importante et la route finit avec une pente à 20%.

Nous ne faisons pas ce dernier tronçon car un parking est situé juste avant et un funiculaire impressionnant par son profil (pas par sa taille) nous emmène près du sommet.

Mireille, sujette au vertige, n'en mène pas large.

Sur l'autre versant des pistes de ski sont aménagées avec un télésiège. Il reste encore des plaques de neige de la dernière saison sur les pistes!

Pour atteindre le sommet il faut encore gravir des escaliers et seul Jacques s'y aventure, Il y a trop de marches pour Mireille, encore convalescente de sa jambe cassée l'année dernière, qui préfère redescendre au CC.

De la haut la vue est superbe et elle est réputée pour être la parfaite représentation romantique de la Finlande. Le lac Pielinen avec ses îles s'étend à perte de vue, mais malheureusement la pluie de la journée ne permet pas une visibilité parfaite.

Après être redescendus au niveau du lac, nous nous arrêtons devant l'office du tourisme, fermé à cette heure-là et nous constatons que la liaison internet fonctionne. Nous en profitons pour mettre à jour le blog.

Le ciel se dégage enfin.

Nous allons ensuite voir le port d'où part le ferry qui traverse le lac jusqu'à Lieksa. L'endroit est charmant avec un hôtel et son sauna flottant sur le lac, mais il y est interdit de camper. Nous voyons aussi des installations qui permettent de mettre le bois à l'eau pour le flottage.

Comme nous avons repéré le parking de l'église, à côté de l'O.T., nous y retournons et nous nous y installons pour la nuit.


Nous avons fait 237 km aujourd'hui (total 6988 km). parking de l'église de Koli (E29.77840, N63.11324).


Lundi 31 Mai 2010

Beau temps toute la journée, juste une petite averse, 19°.

 

Grosse journée de roulage aujourd'hui.

Après une bonne nuit passée sur le parking près de l'O.T., nous allons y chercher quelques renseignements puis nous reprenons la route en remontant le long du lac Pielinen.

A la sortie de Koli nous nous arrêtons sur un parking pour régler le GPS. A proximité il y a des chemins de planches pour observer la faune des lacs. C'est intéressant, mais c'est aussi impressionnant car on a l'impression de marcher sur l'eau, et les planches ne sont pas larges...

Sur la carte les routes secondaires sont bordées de vert et nous décidons de les suivre jusqu'à Nurmes, au nord du lac.

Mais ces routes secondaires sont souvent non revêtues et l'expérience de la crevaison en Suède ne nous incite pas à tenter une nouvelle expérience. Nous revenons donc sagement sur le réseau principal.

Nous allons sur l'île de Paalasmaa car sur la carte un point de vue y est figuré.

Le détour est très intéressant, nous prenons à nouveau un bac, puis la route saute d'île en île par des digues et des ponts jusqu'au grand pont où le point de vue est très beau.

Nous continuons de longer le lac et une route verte se présente qui est goudronnée.

On y va. Mais au bout de quelques kilomètres le macadam fait place à la route non revêtue. On est trop avancé pour faire demi-tour et nous allons jusqu'au bout du chemin, tout en constatant que cette route n'est pas si "verte" que ça.

Nurmes ne présente pas d'intérêt particulier. Nous nous y arrêtons pour déjeuner au bord de l'eau puis nous prenons la route 75 jusqu'à Kuhmo.

Kuhmo est une ville agréable, bien qu'elle ne présente pas de monuments remarquables hormis l'église.

Nous continuons par la route 912 tout en cherchant un endroit pour la nuit.

Il n'y a quasiment pas de circulation et les villages traversés se résument à quelques maisons disséminées dans les arbres. Il y a de nombreux chemins de terre qui partent de part et d'autre de la route, et à chaque fois il y a une ou plusieurs boîtes aux lettres qui indiquent que ces chemins mènent à des maisons que l'on ne voit pas de la route.

Nous trouvons notre étape pour la nuit à Ala-Vuokki, sur un petit débarcadère au bord du lac.

Ce soir, alerte! Les moustiques attaquent.

C'est la première fois que nous en voyons autant et nous restons calfeutrés dans le CC, autant que possible.

Vers 23 h nous avons la chance d'assister à un superbe coucher de soleil sur le lac, et il fera clair encore longtemps puisque la nuit noire n'existe plus, remplacée par un ciel laiteux.


Nous avons fait 313 km aujourd'hui (total 7301 km). Ala-Vuokki, au bord du lac (E29.44531, N64.73686).



Mardi 1 juin 2010

Temps superbe toute la journée, 20°.

 

Ce matin ce sont les voix des enfants qui prennent le bus pour aller à l'école, qui nous réveillent. Ils ne sont que 4 dans ce petit hameau où nous n'avons vu que 2 maisons (mais il y en a surement d'autres, à l'abri des regards).

Nous partons vers 9 h 30 pour nous rendre à Haapala, un peu avant Suomussalmi, où est érigé le monument commémoratif de la "guerre d'hiver", entre les Russes et les Finlandais. Il y a une pierre par soldat tué, russe comme finlandais, sur 3 hectares. Au milieu s'élève un monument avec 105 clochettes, 1 par jour de guerre, qui tintinnabulent avec le vent. C'est prenant.

Ensuite nous décidons d'aller jusqu'à la frontière russe, juste pour voir. Au bout de 18 km de piste en bon état nous découvrons l'ancien poste frontière, maintenant fermé, par lequel les Russes ont tenté d'envahir la Finlande en 1939. Il y a quand même des gardes-frontières et un haut mirador leur permet de surveiller ce qui se passe de l'autre côté de la frontière.

Nous reprenons la piste dans l'autre sens et allons voir, quelques km après Suomussalmi, une étrange œuvre d'art: le Peuple Silencieux.

Dans un pré sont plantées mille créatures faites de bois, de tourbe et habillées de vêtements donnés par les gens de la région.

Ça fait une impression bizarre.

Nous déjeunons sur le parking de ce site et nous continuons notre route vers Hossa.

C'est un centre de randonnées important, mais nous ne sommes pas très marcheurs.

Néanmoins nous décidons de faire une petite boucle de 3 km qui s'avère être très agréable, d'autant qu'il fait toujours très beau.

Cette expédition terminée, nous reprenons le CC en direction de Kuusamo.

A peine quelques km effectués, nous rencontrons nos premiers rennes qui déambulent sur la route.

Pour ne pas les effrayer, la circulation étant nulle, Jacques coupe le moteur et Mireille ose sortir du CC pour faire des photos.

Un peu effarouchés au début, les rennes se laissent volontiers photographier jusqu'à ce que le chef de troupe les emmène à travers bois.

On est très contents. Bien sûr on en verra d'autres, mais ceux-là sont les premiers.

En chemin vers Kuusamo, nous en verrons encore à 2 reprises.

Nous traversons cette ville qui n'a pas d'intérêt particulier, si ce n'est de marquer la frontière entre la Finlande du centre et la Laponie, et nous nous rendons à la station de ski de Ruka, à une vingtaine de km au nord où nous trouvons un parking près des pistes de skis.

La station est fermée, mais il y a encore des traces de neige sur certaines pistes. Nous sommes à 350m d'altitude.

 

Nous avons fait 300 km aujourd'hui (total 7601 km). Ruka, parking près des pistes de skis (E29.17175, N66.16048).


Mercredi 2 juin 2010

Encore du temps superbe toute la journée, 20°.

 

Pas de problème sur ce parking quasi désert, où un CC autrichien a passé la nuit aussi.

Aujourd'hui, pas de précipitation.

Il faut dire que depuis que nous sommes en Laponie, les distances entre villes s'allongent et les sites à visiter sont assez espacés, ce qui fait faire beaucoup de km pour chaque étape. Depuis 2 jours nous avons assez bien roulé, aussi nous décidons de prendre notre temps.

Nous sommes en train de prendre le petit-déjeuner quand nous avons la visite de 5 rennes: 2 femelles avec leurs petits et un 5ème, probablement un mâle.

Ils sont farouches et n'approchent pas le CC, nous ne les photographions que de loin.

C'est vers 11 h que nous quittons le parking pour retourner à Kuusamo faire une opération ravitaillement.

C'est le seul endroit où on peut faire ses courses à plusieurs dizaines de km à la ronde, alors il faut en profiter. Il y a d'ailleurs de nombreux commerces et hypermarchés.

Nous allons ensuite sur un parking près d'une petite plage au bord d'un lac. Pendant que nous déjeunons, nous voyons 4 petites jeunes filles qui prennent un bain de soleil, et se hasardent même à se mouiller. On ne l'a pas testé, mais l'eau ne devait pas être très chaude!

Nous partons en direction de Rovaniemi et nous nous arrêtons à Posio faire le plein d'eau dans une station-service. En arrivant nous avons repéré une station de ski et nous y retournons pour nous installer pour la nuit.

C'est une toute petite station, et elle est complètement déserte. L'endroit, avec un lac et une petite plage, nous plait, il ne semble pas y avoir trop de moustiques et nous décidons d'y rester.

Au cours de la soirée nous voyons une camionnette arriver et un homme en maillot de bain se précipiter dans le lac. Il n'y reste cependant pas longtemps!

 

Nous avons fait 115 km aujourd'hui (total 7716 km). Posio  (E28.28792, N66.10783).


Jeudi 3 juin 2010

Temps gris le matin, grosse pluie l'après-midi, 20°.

 

Fini le grand ciel bleu au réveil! On s'était pourtant bien habitué, mais aujourd'hui le ciel est gris.

Nous quittons notre petit coin de paradis vers 10 h comme d'habitude.

Nous prenons la direction de Rovaniemi, ville située presque sur le cercle polaire, et qui abrite le village du Père Noël.

Peu avant cette ville, nous cherchons la Somosen kirko, qui est signalée sur notre carte comme site intéressant. Kirko signifie église en finlandais.

Nous devons chercher un peu car il n'y a pas de signalisation et pour finir nous trouvons, sur une route de terre, le panneau qui l'indique.

Là, nous sommes surpris de voir que l'église en question n'a ni murs, ni toit, c'est une église en plein air!

Appuyée sur un gros rocher il y a une croix de bois, plus loin un petit clocher, et des bancs rudimentaires entourent un autel rustique.

Nous quittons cet endroit atypique pour rejoindre Rovaniemi.

Nous avons décidé de visiter d'abord le musée Arktikum sur la civilisation Same.

Nous sommes en train de déjeuner sur le parking, avant la visite, quand un orage éclate accompagné de pluie violente.

Nous restons bien à l'abri en attendant que l'orage se calme et nous profitons d'une accalmie pour nous rendre au musée.

La visite en est très intéressante et nous parcourons les différentes salles pendant que l'orage se déchaine dehors.

Quand nous sortons il pleuvine encore et nous décidons alors d'aller chercher une connexion internet, que nous trouverons au Mc Do.

La mise à jour du blog étant faite, nous allons un peu au nord, sur le cercle polaire, voir le village du Père Noël à Napapiiri (qui signifie "cercle polaire").

Il est trop tard pour le rencontrer ce soir, ayant beaucoup travaillé dans la journée, il est parti se reposer. Nous le verrons demain.

En attendant nous nous installons sur le parking en compagnie d'une dizaine d'autres CC pour y passer la nuit.

 

Nous avons fait 185 km aujourd'hui (total 7901 km). Parking du Père Noël à Napapiiri (E25.84440, N66.54373).

 


Vendredi 4 juin 2010

Temps gris avec averses toute la journée, 8°.

 

Il fait à nouveau froid au réveil ce matin. 4° à 8 h!

Comme prévu hier, nous visitons le village du Père Noël. Il y a des magasins de cadeaux et aussi la maison du Père Noël.

C'est une grande maison, on entre par un long couloir sombre, puis on monte un escalier, il y a de la musique, et le Père Noël est dans son salon, assis sur un grand fauteuil, et nous attend. Il nous demande des nouvelles de nos petits-enfants et nous ne manquons pas de lui dire qu'ils sont bien sages et qu'ils travaillent très bien à l'école. Il nous a dit qu'il penserait à eux pour Noël et qu'il n'oublierait pas de leur envoyer des cadeaux.

Ensuite nous sommes allés à la poste du Père Noël.

C'est l'endroit où le Père Noël reçoit les lettres de tous les enfants du monde. Il en reçoit plus de 600.000 par an provenant de 197 pays.

Il y a une exposition des dessins que les enfants lui envoient et on peut voir la lettre la plus longue qui mesure 413 m et a été faite par 2110 écoliers de Roumanie.

Cette poste est un endroit très sympathique tenu par 2 petites lutines mutines et on imagine l'agitation qui doit régner ici au moment de Noël.

Après la photo obligatoire sur la ligne qui marque le cercle polaire, nous rejoignons le CC pour déjeuner.

L'après-midi c'est sous la pluie que nous visitons le musée forestier à Rovaniemi. C'est intéressant et on y voit la reconstitution d'un chantier forestier et les conditions d'exploitation du bois au début du siècle dernier.

Le temps ne s'améliorant pas nous décidons d'aller faire quelques courses puis nous retournons au village du Père Noël, à Napapiiri pour y passer une deuxième nuit.

 

Nous avons fait 36 km aujourd'hui (total 7937 km).


Samedi 5 juin 2010

Alternance de pluie et d'éclaircies, temps froid, 8°.

 

Il fait un peu de soleil ce matin, mais la température (5°) au réveil nous oblige à allumer le chauffage que nous n'avions pas fait fonctionner depuis 3 semaines environ.

Nous allons finir quelques emplettes et il tombe de la neige fondante quand nous regagnons le CC. Toute la journée nous aurons cette alternance de soleil et de neige fondante, alors que la température ne va pas dépasser 8°!

Jacques profite d'une éclaircie pour nettoyer le brûleur du frigo car il s'éteint par moments, puis nous déjeunons avant de prendre la route, toujours vers le nord pour rejoindre Sodankylä.

La plus (souvenez-vous, c'est toujours la plus...) vieille église en bois de Finlande nous y attend depuis 1689. Nous ne pouvons la voir que de l'extérieur, mais un coup d'oeil à travers les interstices des planches qui forment la porte nous laisse deviner un intérieur remarquable.

Nous reviendrons demain pour voir si elle est ouverte.

Le reste de la ville est sans intérêt, la totalité ayant été reconstruite après que les allemands l'aient complètement rasée (sauf l'église) en 1944. Une jolie statue d'un jeune lapon maîtrisant un renne retient toutefois notre attention.

Comme c'est samedi, nous cherchons un endroit qui pourrait être calme pour la nuit et nous revenons un peu sur nos pas pour aller sur le parking du musée "Local Heritage Museum", excentré par rapport à la ville.

Un CC belge a eu la même idée que nous et nous y attend.

Aujourd'hui nous sommes franchement au nord du cercle polaire, il ne fera pas nuit et le soleil ne se couchera pas.

Mais le temps couvert nous empêchera sûrement de voir le soleil de minuit.

On vous dira ça demain.

 

Nous avons fait 172 km aujourd'hui (total 8109 km). Parking du musée "Local Heritage Museum" (E26.58918, N67.40334).


Dimanche 6 juin 2010

Froid, temps gris, averses de neige fondante, 6°.

 

L'endroit était bien choisi et calme.

Pour le soleil de minuit, c'est bien ce qu'on craignait, il brillait par son absence.

Ce sera pour une autre fois...

Départ à 10 h, comme d'hab, et nous retournons à l'église la plus...

Elle est encore fermée et nous ne pourrons pas la visiter.

Vous direz, une église de plus ou de moins, mais il faut savoir que dans ces régions ce sont les seuls vestiges du passé.

Les maisons et autres bâtiments étaient tous en bois et très peu ont résisté à l'usure du temps ou à la vindicte des allemands quand ils se sont retirés en 1944.

Quand au peuple lapon, il habitait dans des tentes.

Les bâtiments en dur sont donc tous des bâtiments récents, d'après la guerre, et offrent généralement peu d'intérêt.

Nous reprenons la route vers le nord (toujours!) sous des averses éparses de neige fondante.

Nous nous arrêtons au musée de l'or de Tankavaara que nous visitons et nous pouvons voir avec intérêt les techniques de recherche d'or de manière traditionnelle avec une battée, ainsi que la reconstitution d'un village américain de la ruée vers l'or.

On pourrait s'y exercer et garder notre récolte (moyennant finances), mais l'expérience d'un couple de Français rencontrés sur place, n'ayant recueilli que quelques poussières, ajouté au fait de devoir garder les mains dans l'eau froide pendant 1 heure ne nous donne pas envie de tenter l'expérience.

Nous déjeunons sur le parking du musée et nous repartons vers Ivalo.

En chemin nous visitons la station de sports d'hiver de Saariselkä qui est une des plus importante de la région, malgré ses faibles dénivelées.

Nous passons un petit col (350 m d'altitude) et les bas-côtés de la route sont, par endroits, encore couverts de neige. Des rennes gambadent dans les prés autour.

Nous arrivons enfin à Ivalo où nous avons décidé de passer la nuit dans un camping, le linge à lessiver commençant à s'accumuler.

C'est donc au camping Ukonjärvi que nous jetons l'ancre pour la nuit.

Pour la première fois nous goûterons à un plat de renne accompagné d'airelles, au restaurant du camping.

 

Nous avons fait 186 km aujourd'hui (total 8295 km).Camping Ukonjärvi à Ivalo (E27.47639, N68.73694).


Lundi 7 juin 2010

Froid, temps gris, averses de pluie, 6°.

 

Hier soir nous avons entr'aperçu notre premier soleil de minuit.

Passant sous la couche de nuages, il est apparu quelques instants avant de disparaître derrière d'autres nuages. Ce n'était pas assez probant pour qu'on en fasse une photo, donc vous ne le verrez pas encore.

Aujourd'hui c'est relâche. Nous restons au camping toute la journée, nous profitons pour faire des lessives.

C'est très calme ici, dans les pins, en bordure du lac (pas trop près quand même, à cause des moustiques).

La nuit dernière nous étions environ une dizaine de camping-cars et caravanes, et ce matin tout le monde est parti sauf nous! On n'est pas dérangé par les voisins.

On va se reposer un peu avant d'attaquer la Norvège.


Mardi 8 juin 2010

Temps couvert sans pluie soleil dans la soirée, 10°.

 

Services faits, nous quittons le camping vers 11 h.

Nous allons à Inari faire le plein de gas-oil car il est nettement plus cher en Norvège et il n'y a pas d'autre pompe avant la frontière (qui est quand même à 150 km!).

Nous faisons aussi quelques courses.

Inari est sur un très joli site au bord du lac, mais la ville en elle-même n'a pas d'intérêt, étant constituée de bâtiments récents.

Seul le musée Siida sur la culture same vaut le détour.

Nous ne le visitons pas, ayant déjà visité le musée Arktikum de Rovaniemi. Les puristes dirons que ce n'est pas la même chose, mais nous, profanes, nous avons du mal à faire la différence.

On ne vous l'a pas encore dit, mais same ça veut dire lapon. Mais les Sames trouvent que lapon c'est réducteur et préfèrent être appelés sames.

Voilà, ça c'était pour la minute de culture générale.

Nous quittons Inari pour prendre la direction de la Norvège, mais nous prenons la route 971 vers Kirkenes plutôt que la route 4 qui monte directement vers le Cap Nord.

Le paysage change, nous longeons sur une grande distance le lac d'Inari et c'est une alternance de toundra marécageuse et de végétation peu développée qui s'offre à nos regards.

Nous nous arrêtons à Sevettijärvi. Nous y visitons un petit musée de plein air same et c'est sur le parking de ce musée que nous nous installons pour la nuit.

Sevettijärvi compte 250 habitants étalés le long de 60 km de route.

Nous sommes au centre ville qui comporte l'église orthodoxe et son cimetière, l'école, le dispensaire médical, le musée same et un bâtiment qui fait café-épicerie-poste, et une très jolie plage.

C'est tout. Et encore, ces bâtiments sont dispersés dans les bois et, d'où nous sommes, nous ne voyons que l'église et le musée.

C'est notre dernière nuit en Finlande, la frontière norvégienne n'est plus qu'à une trentaine de km.

En prévision du passage de la frontière, nous organisons l'intérieur du CC pour dissimuler l'excédent de marchandises que nous avons, en nous disant bien qu'un bon douanier trouvera toujours ce qu'il cherche, mais on essaie quand même. Ce n'est pas qu'on a tellement de choses, puisque les stocks ont fondu depuis notre départ, mais le règlement douanier norvégien est restrictif, aussi bien en nourriture qu'en boissons.

 

Nous avons fait 152 km aujourd'hui (total 8449 km). Sevettijärvi, parking du musée (E28.59412, N69.50887).


Mercredi 9 juin 2010

Très beau temps le matin devenant couvert dans la soirée, 16°.

 

Encore une nuit tranquille passée sur ce parking du musée.

Départ à 10 h, direction la Norvège.

2 km avant la frontière nous trouvons 2 stations de carburant. Les renseignements que nous avions étaient donc erronés. Comme nous avons quand même parcouru 150 km depuis le dernier plein, nous faisons le complément.

Nous passons la frontière sans voir l'ombre d'un douanier! Heureusement qu'on avait tout planqué hier!

Nous voici en Norvège! Cliquez sur l'onglet "Norvège" ci-dessous pour la suite du récit.